Focus sur la pièce de théâtre « Le don » – 24/11/19

Nous nous sommes retrouvés ce samedi 24 novembre au théâtre de la Contrescarpe où se donnait la pièce « Le Don», création de Pierrette Dupoyet.

Durant 1h15, cette magnifique actrice interprète brillamment la vie fusionnelle d’une mère et de sa fille, Capucine adolescente puis jeune adulte de 18 ans. Le spectacle commence alors que Capucine appelle sa mère afin de lui montrer dans le verger une pomme qui a poussé sur un arbre mort… Puis, c’est un cobaye, cadeau d’un ami pour ses 14 ans. Ce petit animal de compagnie après avoir été chouchouté par l’adolescente, meurt. Passées les premières heures de tristesse, Capucine se ressaisit, la mort fait partie de la vie.
À l’aube de ses 18 ans, Capucine a une passion dévorante, l’équitation. Son père qui a refait sa vie en Irlande est contre la pratique de ce sport, il faut s’adonner au judo et au karaté afin de savoir se défendre… Capucine progresse en équitation jusqu’au jour où elle est présentée à un concours de sauts d’obstacles avec son cheval Sultan.

Le redoutable destrier saute les premières haies mais ne peut franchir la dernière, Capucine est brutalement projetée à terre…
Nous retrouvons la maman à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, sa fille est dans le coma … « Mais on se réveille d’un coma et puis ma fille respire son cœur bat, je le vois sur les machines qui l’entourent ». Le réanimateur explique que ce sont les machines qui font vivre sa fille mais son cerveau est mort. L’infirmière coordinatrice, avec beaucoup de tact et de douceur demande à la maman d’évoquer sa fille, Capucine, jeune fille dynamique, aimant les autres, ayant de nombreux amis, était pleinement dans la vie. La mort c’est la vie, avait elle lancé à la mort de son cobaye.
La maman se rappelle également d’un dessin de sa fille devant représenter la « vie ». Capucine a dessiné un cœur avec une liane donnant naissance à droite et à gauche à un papillon puis deux « haricots » figurant les reins et à terre un œil.
Madame, Capucine, votre fille pour qui la vie était si précieuse aurait elle été d’accord pour donner ses organes ?
Le papa de Capucine arrive à l’hôpital. Incrédule quant à la mort de sa fille : « elle respire … »
Lorsque le don d’organes est évoqué, le père est catégorique, ce sera NON !
La maman convainc le père que la mort de leur fille peut redonner la vie à plusieurs personnes.

Ce spectacle tout en émotion, parle de la vie, de ce don unique et magnifique. La maman croise même à son arrivée à l’hôpital une personne admise en urgence vitale…
Tout est dit et tellement bien dit avec justesse, sans parti pris ni jugement.
Nous suivons le parcours des familles de donneurs avec beaucoup d’exactitude et de précision. L’équipe soignante, toujours dans une écoute bienveillante pour une famille sidérée, anéantie.
Notre « re-naissance », à nous transplantés connaissant la valeur de ce cadeau inestimable, y est envisagée avec beaucoup de sensibilité et d’authenticité.

Toutes les familles de donneurs sont ici gratifiées d’un énorme merci, merci pour la vie.