La baisse des AVC mortels entraîne une baisse des greffes d’organes

Le nombre de morts par AVC a diminué de 15% au premier semestre 2018. Or c'est sur ce type de personnes que sont prélevés de nombreux organes.
La baisse des AVC mortels entraîne une baisse des greffes d'organes.

Votre vie peut en sauver plusieurs autres. Malgré de multiples campagnes de sensibilisation sur le don d'organes, le nombre de greffes a baissé l'an dernier, d'après l'Agence de la Biomédecine.

Quelques 5.781 greffes ont été réalisées en 2018, c'est 324 de moins que l'année précédente
Le nombre de donneurs est toujours insuffisant, mais il y a tout de même une bonne nouvelle : s'il y a moins de greffes, c'est aussi parce qu'il y a moins de morts par AVC. Ceux-ci ont baissé de 15% au premier semestre 2018. Or c'est sur ce type de personnes que sont prélevés de nombreux organes.

"Les AVC ont bénéficié d'une prise en charge plus rapide et plus efficace, avec des nouvelles techniques, ce qui a baissé la mortalité des AVC en France", explique le professeur Olivier Bastien de l'Agence de la Biomédecine. "C'est un très bonne nouvelle, mais effectivement on doit se mobiliser pour trouver d'autres sources de donneurs", poursuit-il.

Par exemple, il faudrait qu'il y ait plus de donneurs vivants. La France a de plus en plus besoin de reins, avec le développement de maladies comme le diabète. Les personnes qui donnent un rein ont une qualité de vie égale à ceux qui en ont deux, voire meilleure car ils sont suivis toute leur vie. Une autre solution est également de prélever des organes sur les personnes dont on arrête le traitement à l'hôpital, car il n'y a plus d'espoir de les sauver.